« Nous sommes ensemble, ou bien ? »

Depuis fin octobre 2016, Thibault est étroitement impliqué dans notre projet de riziculture au Bénin. En tant qu'étudiant en Coopération internationale Nord-Sud, il effectue un stage de 6 mois chez Uniriz-C, à Glazoué. Il supervise et évalue les trois groupes qui suivent une formation à la ferme-école SAIN, le centre de formation pour jeunes riziculteurs. Voici le récit de sa visite.

Nous sommes ensemble, ou bien?

Deux semaines à la ferme SAIN et la création de l’OJEAB

- Par Thibault Geerardyn

Mi-janvier. Les groupes 1 et 2 sont retournés à la ferme SAIN pour compléter leur formation. Et pour apprendre à mieux se connaître. Au cours de la première semaine, l'accent a été mis sur la pisciculture et l'agroécologie. Après quoi le groupe 1 est reparti. Le groupe 2  est resté une semaine de plus, pour clôturer sa formation en rédigeant un business plan. Outre la formation, l’objectif était de donner aux membres des deux groupes le temps de faire connaissance et d’échanger leurs expériences. La création spontanée de l’Organisation des jeunes entrepreneurs agricoles du Bénin (OJEAB) prouve que nous avons réussi : ces jeunes regardent ensemble vers l’avenir dans un esprit positif.

Le premier soir, les jeunes trouvent directement un terrain d’entente. Ils parlent de leurs formations communes. On rit de la sévérité des instructeurs. On les singe malicieusement. On évoque des souvenirs. Et on compose les repas de la semaine à venir.

Tout au long de la semaine, nous donnons aux jeunes le temps de se découvrir tout en suivant leurs formations. Préparer le repas. Jouer au foot. Nager dans l'Ouémé… L’atmosphère est détendue. On ne parle plus du groupe 1 et du groupe 2.  Il s’agit plutôt de savoir si « Nous sommes ensemble, ou bien ? »

J'entends souvent surgir des idées de coopération. Et puis, un soir, ils décident de créer une organisation. Chacun présente son idée. Et, en toute démocratie, ils décident du nom de leur association. L’OJEAB est née. Le lendemain soir, ils discutent logo et statuts. Toujours démocratiquement. Ils tiennent même compte du groupe 3, qui commence sa formation début février.

Pisciculture

Ce n’était pas prévu dans la formation initiale. Mais ils ont insisté pour apprendre à élever des poissons.  Une formation de quatre jours a donc été organisée à la ferme SAIN. Une formation pratique, pour apprendre comment procéder.

Après une courte introduction théorique, ils parcourent les différentes étapes de la reproduction artificielle : sélectionner, inséminer, suivre les larves... Ils visitent une ferme aquacole des environs. Des pisciculteurs expérimentés leur prodiguent des conseils pratiques. Les jeunes sont désormais capables d’élever eux-mêmes des poissons. Un savoir qu’ils peuvent à leur tour propager dans leur communauté.

Agroécologie

L’apprentissage de la pisciculture n’occupe pas toutes les journées. Nous avons donc prévu un atelier d’agroécologie.  D’abord, les OGM (organismes génétiquement modifiés). Qu’est-ce que c’est ? Quels sont leurs dangers ? Ensuite, nous allons au potager avec Lucien, un expert. Il montre, de manière très concrète, comment maintenir naturellement le sol et les cultures en bonne santé. Il apprend aux jeunes à faire eux-mêmes un insecticide naturel à base de feuilles de margousier, de papaye et d'ail. Il leur explique également comment récupérer le sol en cas de maladie (en plantant des oignons) et comment l’amender avec des restes de charbon de bois et du fumier.

Les jeunes ouvrent grands les yeux et les oreilles. Les techniques sont très pratiques. Directement applicables.  Sans coût, car tous les composants abondent dans l’environnement. Il n’est donc pas étonnant qu’ils demandent à Lucien de revenir plus tard dans la semaine. Ce qu'il fait. Le groupe 1 est rassasié. Chacun prend la route de son exploitation, désormais muni d’un nouveau titre. Celui de membre de l’OJEAB.

Le business plan

Le groupe 2 reste une semaine de plus. Objectif : le business plan. D’abord quelques cours, pour pouvoir travailler en autonomie pendant le reste de la semaine. L'élaboration d'un plan sur cinq ans n’est pas un exercice facile. Mais après quelques jours de labeur et de sueur, ainsi qu’une soirée au finish le vendredi, les jeunes rentrent chez eux le samedi, avec leur business plan.

Leur formation est terminée. Maintenant, le test grandeur nature peut commencer. Un test qu’ils ne devront pas passer seuls. Les autres membres de l’OJEAB veillent au grain. De même que le collaborateur local. Je vois beaucoup de potentiel. Et je suis impatient de revoir tous ces jeunes, pour qu’ils me fassent visiter leur exploitation.

En savoir plus sur notre projet de riziculture au Bénin ou le voir de plus près en regardant la vidéo du voyage d’immersion de Jan, ambassadeur de Collibri Foundation.

Nos histoires

Collibri Foundation

Adresse

Colruyt Group
Edingensesteenweg 196
1500 Halle

Téléphone

+32 (0)2 363 55 45
pendant les heures de bureau