Mentor-Escale : l’accueil en mode mineur

Se débrouiller. Pas facile. Surtout pour les 1 500 adolescents qui arrivent tous les ans en Belgique en tant que réfugiés. Mentor-escale les aide à trouver leur place dans la société.
Mentor-Escale
juin 2016 – juillet 2019
30 000 euros/an
Belgique
Mentor-Escale

Faire sa place dans la société

Tout est parti d’une rencontre. En 1993, François Casier, chef d’entreprise, croise les pas d’un jeune Roumain. Celui-ci est sans parent, réfugié en Belgique et obligé de se débrouiller pour vivre.  L’homme d’affaires découvre alors la réalité quotidienne de ces mineurs étrangers non accompagnés (les ménas). Et il décide de créer une structure pour que ces adolescents ne soient plus abandonnés à leur sort. Voilà maintenant plus de 20 ans que Mentor-Escale s’occupe d’eux.

« Une fois sortis des centres d’accueil, ils doivent se débrouiller pour se loger, pour s’inscrire à l’école et au CPAS, » explique Bénédicte Adnet, directrice exécutive de Mentor-Escale. « C’est à ce moment-là que nous intervenons. Notre objectif est de développer progressivement leur autonomie et de leur donner les outils pour se faire une place dans la société belge. » L'association travaille selon deux axes :  un accompagnement individuel personnalisé et des activités collectives.

Deuxième famille

Environ 190 ménas bénéficient actuellement de l’accompagnement individuel. « Nous commençons par faire le point sur leurs ressources, leurs compétences, et nous leur expliquons les alternatives qui se présentent à eux sur le plan scolaire, » poursuit Bénédicte Adnet. « Cette orientation réfléchie évite les problèmes de décrochage par la suite. » Mais ce n’est pas tout. Mentor-Escale prodigue également un soutien psychologique, des cours de français, un appui administratif, un accompagnement scolaire, ainsi que l’apprentissage de la vie en appartement, entre autres sur le plan des économies d’énergie…

Les activités collectives réunissent une centaine de jeunes. Elles sont basées sur les deux « maisons » de l’association, l’une à Bruxelles et l’autre à Namur. Bénédicte Adnet : « Nos deux maisons sont des lieux où le jeune peut venir se poser ou participer aux activités culturelles et sportives que nous organisons. Nous avons voulu créer un endroit où il se sent en sécurité, rencontre des amis, se crée un réseau… Un point de chute où il se sent accueilli, comme dans une deuxième famille. Pour cette raison, nous continuons à y accueillir nos jeunes jusqu’à 26 ans. »

Mentor-Escale

Nouveaux projets

Mentor-Escale  vient de lancer un nouveau projet : l’accompagnement en famille d’accueil. Cette formule vise toute la Belgique. Elle est destinée aux ménas plus jeunes ou plus vulnérables, qui ont besoin d’un environnement plus réconfortant. L’association prépare aussi un projet de parrainage, pour les bénévoles qui sont prêts à consacrer du temps à un jeune réfugié sans engager leur famille.

La collaboration avec Collibri Foundation permettra à Mentor-Escale de développer de nouvelles activités. Le projet porte sur l’encadrement des jeunes en vue de leur orientation professionnelle. « L’idée est de constituer un groupe de jeunes, en y intégrant des anciens ménas, afin d’investiguer les métiers envisageables et d’ouvrir le champ des possibles, » commente Bénédicte Adnet. Le projet est actuellement en train d’être peaufiné.

Notre lettre d'information Inscrivez-vous ici
Vous aussi pouvez aider Faites un don

Nos histoires

Collibri Foundation

Adresse

Colruyt Group
Edingensesteenweg 196
1500 Halle

Téléphone

+32 (0)2 363 55 45
pendant les heures de bureau