Perspectives d’avenir ensoleillées : interview de Ian Vinck, stagiaire

Ian Vinck suit une formation de bachelier Collaboration Internationale Nord-Sud à la l’UC Leuven-Limburg. Dans le cadre du projet de kiosques solaires de Solar Zonder Grenzen, il a séjourné au Bénin et au Togo de fin octobre 2015 à avril 2016.

Ian, pourquoi avoir choisi ce stage ?

« Avant cette formation, j’en ai suivi une première d’ingénieur civil en génie mécanique. J’avais envie de travailler sur les énergies renouvelables qui, pour moi, représentent l’avenir. En Afrique, le choix de l’énergie solaire est évident, et ces dernières années le marché de panneaux solaires s’est accru très rapidement. L’énergie solaire est facile car on peut travailler à petite échelle : vous n’êtes pas dépendant des autorités pour effectuer, par exemple, de grands travaux d’infrastructure. »

Tu as commencé ton stage à Savalou, au Bénin ?

« En effet. Depuis 2015, aux alentours de Savalou, il y a quatre kiosques solaires où Solar Zonder Grenzen loue des lampes solaires aux résidents. Mon séjour fut une initiation : j’ai réalisé beaucoup de réparations et me suis familiarisé avec le modèle : comment fonctionne la location, qui sont les clients, que pouvait-on améliorer dans la gestion journalière… »

Tu es ensuite parti au Togo ?

« Précisément à l’atelier de production de lampes solaires qui se trouve à Sokodé. J’y ai suivi de près toutes les étapes de la production : fabrication des lampes, chargeurs, systèmes de sécurité. Nous avons lancé la lampe Rinoo, une lampe solaire dont le logement est fabriqué en plastique recyclé. Les lampes fabriquées dans l’écorce de calebasse et louées par Solar Zonder Grenzen jusqu’à maintenant se sont révélées trop fragiles et réclamaient de fréquentes réparations. Les nouvelles lampes Rinoo sont nettement plus solides, leur durée de vie est d’au moins trois ans. Ce n’est pas très long, mais les utilisateurs peuvent toujours se rendrent dans un kiosque pour un entretien ou une réparation. C’est l’élément-clé du projet. »

Tu es ensuite retourné au Bénin ?

« Exact. Je suis d’abord retourné quelques semaines à Savalou pour améliorer la technique des kiosques existants : circuits de sécurité supplémentaires, meilleure protection… Des petites interventions susceptibles d’allonger la durée de vie des installations et des lampes. Nous sommes ensuite partis à Natitingou pour lancer une toute nouvelle unité de production à la frontière du Bénin, ainsi que pour installer quatre nouveaux kiosques.

Il y avait beaucoup à faire : choisir un bâtiment adapté, engager des collaborateurs, prospecter dans les villages environnants. Quel est le prix estimé des lampes solaires ? Combien de clients potentiels ? Qui sera le gérant du kiosque ? Pouvons-nous installer un comité de suivi ? Nous avons démarré la production proprement dite. J’ai pu former les quatre collaborateurs et nous avons produit 300 lampes Rinoo et tout ce qui était nécessaire à l’installation de quatre kiosques solaires. Je suis reparti le cœur léger. »

Qu’as-tu retenu de ce stage ?

« J’ai énormément appris. Pas seulement d’un point de vue technique, mais aussi et surtout sur le plan de la gestion : planifier, organiser, négocier… Travailler ensemble, c’est la meilleure façon d’apprendre à se connaître. Et il arrive que les différences culturelles reviennent à la surface (rires). Ce que j’ai le plus appris : l’indépendance. Prendre des initiatives et simplement se débrouiller. »

Nos histoires

Collibri Foundation

Adresse

Colruyt Group
Edingensesteenweg 196
1500 Halle

Téléphone

+32 (0)2 363 55 45
pendant les heures de bureau